Conférence de Presse pour la présentation du bilan du Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable

18012019

Le Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable (SEDD) a organisé une Conférence de Presse relative au Bilan d’action de 2018. C’est ainsi que Madame Nezha EL OUAFI, Secrétaire d’Etat chargé du Développement Durable a présenté les priorités du SEDD, notamment les programmes de mise à niveau environnementale ainsi que la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) et son opérationnalisation par les différentes institutions gouvernementales. A cet effet, Madame la Secrétaire d’Etat a rappelé le cadre de gouvernance de la mise en œuvre de ladite SNDD et la dynamique qui s’en est suivie et qui a abouti à la préparation de 21 Plans d’Action de Développement Durable sectoriels (PADDS) dont 16 adoptés par les différents départements. Par ailleurs Madame EL OUAFI a énuméré les six axes de la matrice d’opérationnalisation du Pacte de l’Exemplarité de l’Administration (PEA), à savoir la généralisation des procédures de qualité environnementale au sein des bâtiments publics, l’inscription des établissements publics dans la logique de gestion et de valorisation des déchets, le renforcement des initiatives de l’Etat responsable, l’intégration de la démarche participative et l’amélioration de la transparence, la promotion des achats publics durables et le transport propre.

En ce qui concerne les programmes de mise à niveau environnementale, Madame la Secrétaire d’Etat a exposé les différentes phases d’évolution du Programme National des Déchets Ménagers. Ainsi, on est passé à la transformation des Décharges Contrôlées (DC) en Centres d’Enfouissements et de Valorisation (CEV). Le bilan montre qu’on a réalisé 25 DC dont 3 CEV.

D’autre part, et dans le cadre de la transition vers une économie verte et la création d’emplois et de richesses, une attention particulière est accordée à la valorisation des déchets à travers la structuration et le développement de plusieurs filières relatives aux déchets plastiques, les batteries usées, les déchets des équipements électriques et électroniques, les pneus usés, les huiles alimentaires, le papier carton, les déchets de construction, les Polychlorobiphényles (PCB). Autant de filières qui créent des opportunités d’intégration du secteur informel très actif dans ce secteur.

S’agissant du Programme National d’Assainissement liquide, on compte aujourd’hui 140 stations d’épuration des Eaux Usées. Le développement de l’accès potable dans le monde rural nécessite le traitement des eaux usées dans ces zones, d’où le nouveau Programme National d’Assainissement Mutualisé (PNAM).

Pour ce qui est de la pollution de l’air, Madame EL OUAFI a rappelé le coût de dégradation de la qualité de l’air et qui a été estimé à 9,7 Milliards de Dh annuellement, soit 1,05 % du PIB, ce qui lui a valu d’être considéré comme un domaine prioritaire. A cet effet, le Programme National de la qualité d l’Air (PNAir) a été lancé en 2018, en coordination avec plusieurs partenaires et s’étalera jusqu’à 2030. Ce programme comprend plusieurs dispositions techniques permettant d’appuyer les efforts des différents partenaires en matière de lutte contre la pollution atmosphérique, le renforcement la surveillance de la qualité de l’air, le développement du cadre réglementaire et juridique. Le PNAir donne aussi la possibilité aux autorités locales de prendre les dispositions nécessaires en cas d’alerte. Une enveloppe budgétaire de 11 Millions de DH a été allouée au renforcement du réseau de mesure au niveau de la région de Sous Massa et de Marrakech Safi au titre de l’année 2018, dans la perspective d’une généralisation sur tout le Royaume

Les zones côtières, a rappelé Madame la Secrétaire d’Etat, constituent un écosystème fragile recevant tous les types de pollution. Elle a toutefois exposé les acquis d’un projet pilote relatif à la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC), réalisé au niveau de la région de l’oriental, et qui a concerné 1561 bénéficiaires directs dont 439 femmes. Ce projet a permis de créer des coopératives d’apiculture, d’élevage des algues et des moules. Il a permis également la plantation d’arbres fruitiers ainsi que la réalisation de plusieurs actions de développement économique, social et environnemental.

L’année 2018 a été marquée, comme l’a souligné Madame EL OUAFI, par la participation remarquable du Royaume du Maroc dans les grandes manifestations internationales, notamment dans le cadre du respect de ses engagements dans les conventions internationales, dont la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC), et la Convention de la Diversité Biologique (CDB), ce qui lui a valu d’être primé à différentes reprises, notamment par le prix de la gouvernance environnementale décernée en Afrique, le second rang derrière la Suède sur une liste de 56 pays selon le rapport 2019 sur l’Indice de Performance Climatique (IPC), le 3ème meilleur prix du Centre d’Echange d’Information sur la Diversité biologique délivré lors de la COP 14 de la Diversité Biologique.

D’autres part, et en matière de contrôle et de suivi de l’état de l’environnement, Madame la Secrétaire d’Etat a passé en revue le nombre d’inspections, de contrôle environnemental et d’autorisations. Ainsi, l’année 2018 a connu 946 visites de terrain, dont 100 opérations de contrôle par la police de l’environnement et 846 visites de terrain dans le cadre des études d’impact, l’enquête publique et la constations des carrières, et 43 166 mesures et analyses effectuées par le Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution ( un rapport de la qualité des eaux de baignades et des sables est réalisé et publié annuellement ). D’autre part, les Observatoires Régionaux de Développement Durable (OREDD), qui jouent un rôle important avec les partenaires au niveau des Territoires ont été renforcés.

Consciente de l’importance de l’implication et la mobilisation des différentes composantes de la société, Madame la Secrétaire d’état a réaffirmé la nécessité de de poursuivre le renforcement des partenariats avec tous les acteurs concernés, autorités territoriales, société civile, médias… Dans ce cadre, le SEDD a commencé la mise en place d’une plateforme dédiée à la diffusion et l’échange de l’information relative aux projets et programmes en matière d’environnement et de développement durable réalisés au niveau des territoires.

Madame EL OUAFI a rappelé que tous ces chantiers initiés sous les orientations Royales, ont fait de notre pays un pays modèle. Son rayonnement lui a permis d’attirer davantage de partenariats Sud - Sud et aussi Nord – Sud - Sud.

Madame EL OUAFI en réponse aux questions des journalistes a indiqué que plusieurs contraintes et défis font face au processus de développement durable et peuvent être surmontés avec la conjugaison des efforts et la mobilisation de tous.

 

18012019B

18012019C

18012019D

Tous Ecolos

Tous Ecolos

ONG

ONG