Biodiversité

La diversité biologique est la variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie; cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes.



La biodiversité marocaine est riche et diversifiée et revêt une importance écologique particulière, caractérisée par une grande diversité des écosystèmes (forestiers et steppiques, saharien et désertiques, agricoles, marins et côtiers, zones humides continentales, grottes…).

Le taux d’endémisme global est de 11% pour la faune et de 25% pour les plantes vasculaires, taux presque sans égal au niveau de tout le bassin méditerranéen. Cette richesse confère au Maroc la deuxième place après la Turquie, à l’échelle de la Méditerranée. Les régions montagneuses du Rif et des Atlas sont les zones les plus importants en matière d’endémisme.

La flore marocaine

La flore marocaine compte environ 7000 espèces connues. La flore vasculaire est massivement représentée au sein des écosystèmes forestiers où vivent près des deux tiers des espèces; le tiers restant se partage surtout entre les formations steppiques et les biotopes humides. Les régions montagneuses du Rif et des Atlas sont les secteurs les plus importants en matière d’endémisme.

l’arganier

Les formations forestières marocaines, à l’instar des forêts méditerranéennes, sont composées d’essences très hétérogènes, souvent claires et à structures très diverses.


La flore marocaine

Ces formations sont en majorité domaniales et s’étendent sur une surface d’environ 9.038.000 ha, soit 12,7% du territoire national. Les forêts marocaines sont constituées de forêts naturelles de feuillus (Chêne Vert, Chêne-liège, Chêne Tauzin, Arganier, Caroubier, Acacias, ...) et de résineux (Cèdre de l'Atlas, Thuya de Berbérie, Pin d'Alep, Pin Maritime, Pin Noir, Genévrier Thurifére, Genévrier Rouge, …), réparties entre les différents étages bioclimatiques du semi-aride à l'humide.

le cèdre

La Cédraie occupe les zones de montagne dans le Moyen Atlas et le Rif, Les Chênaies occupent les plaines et piémonts de montagne, tandis que la seule Sapinière du Maroc trouve refuge à Talasemtane dans les altitudes du Rif occidental près de Chefchaouen. Au Sud-ouest, l'Arganeraie, occupe des zones semi-arides et arides du Haut Atlas occidental et de l’Anti-Atlas. Plus au Sud, les Acacias constituent des climax pré-steppiques et pré-forestiers, dans les zones à bioclimats aride et saharien.

La faune marocaine

La faune marocaine est riche et variée avec environ 25.000 espèces identifiées, dont 11% sont endémiques du Maroc. Cette faune englobe 113 Mammifères, 317 Oiseaux, 98 Reptiles, 11 Amphibiens, 1189 Poissons et 17893 Invertébrés. Les espèces les plus remarquables du Maroc sont le Phoque moine et l’Ibis chauve.

Les aires protégées

Les ressources naturelles dont dispose le Maroc sont certes d'une grande qualité, mais restent fragiles et nécessitent des efforts soutenus pour leur préservation. A cet égard, plusieurs actions menées pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité :
  • Le Plan Directeur des Aires Protégées, élaboré en 1996, avait identifié 154 Sites d'Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE) classés pour leurs valeurs écologique, scientifique, socio-économique ou patrimoniale, en proposant le classement en parcs nationaux d'une dizaine d'entre eux. Répartis sur une superficie de 2,5 millions d’ha, ces SIBE représentent presque la totalité des écosystèmes naturels du pays.
  • De 1942 à 1991, le Maroc a créé quatre parcs nationaux : le Toubkal en 1942, le Tazekka en 1950, le Souss-Massa en 1991 et l’Iriki en 1994.
  • En 2004, quatre autres parcs nationaux ont été crées : AI Hoceima, Talassemtane, Ifrane, Haut Atlas Oriental.
  • En 2006, le premier parc national saharien du Royaume a été créé ; le Parc National de Khnifiss.
  • En 2008, le Parc National de Khénifra a été crée portant ansi le nombre total des aires protégées au Maroc à 10, dont la superficie globale s'élève à environ 810.400 ha.

En plus de ce réseau de parcs nationaux, le Maroc s'est doté de trois Réserves de Biosphère, qui viennent promouvoir des solutions réconciliant la conservation de la biodiversité et son utilisation durable. Il s'agit de :

  • La Réserve de Biosphère de l'Arganeraie
  • La Réserve de Biosphère des Oasis du Sud du Maroc.
  • La Réserve de la Biosphère Intercontinentale de la Méditerranée.

Concernant les zones humides, quatre sites ont été classés sites Ramsar en 1980. Il s’agit du Réserve de Merja Zerga, Réserve de Sidi Bou Ghaba, Réserve de la lagune de Khnifiss, Réserve du lac Aguelmame Afenourir. En 2005, vingt autres sites ont été inscrits sur la liste Ramsar.

La flore marocaine

Ces formations sont en majorité domaniales et s’étendent sur une surface d’environ 9.038.000 ha, soit 12,7% du territoire national. Les forêts marocaines sont constituées de forêts naturelles de feuillus (Chêne Vert, Chêne-liège, Chêne Tauzin, Arganier, Caroubier, Acacias, ...) et de résineux (Cèdre de l'Atlas, Thuya de Berbérie, Pin d'Alep, Pin Maritime, Pin Noir, Genévrier Thurifére, Genévrier Rouge, …), réparties entre les différents étages bioclimatiques du semi-aride à l'humide.

le cèdre

La Cédraie occupe les zones de montagne dans le Moyen Atlas et le Rif, Les Chênaies occupent les plaines et piémonts de montagne, tandis que la seule Sapinière du Maroc trouve refuge à Talasemtane dans les altitudes du Rif occidental près de Chefchaouen. Au Sud-ouest, l'Arganeraie, occupe des zones semi-arides et arides du Haut Atlas occidental et de l’Anti-Atlas. Plus au Sud, les Acacias constituent des climax pré-steppiques et pré-forestiers, dans les zones à bioclimats aride et saharien.

Précédent

Tous Ecolos

Tous Ecolos

ONG

ONG